Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 17 personnes ont été tuées et de nombreuses blessées lors de heurts entre des tribus et des immigrés musulmans dans l'Etat d'Assam, dans le nord-est de l'Inde. Beaucoup d'habitants ont fui et "vivent désormais dans des camps", a rapporté lundi la police.

Les autorités ont imposé un couvre-feu et des militaires ont été envoyés dans la région pour éviter une nouvelle flambée de violences. Lundi, les bureaux et les écoles étaient fermés et les rues désertes.

Environ 50'000 villageois ont quitté leur domicile pour rejoindre une quarantaine de camps, selon les autorités du district de Kokrajhar.

Attaques et représailles

A l'origine des affrontements, des hommes armés ont tué quatre jeunes vendredi soir dans cette région dominée par les Bodos, d'après la police. En représailles, des Bodos ont attaqué des musulmans, soupçonnés d'être les auteurs des assassinats.

"Nous ne pensons pas revenir chez nous. Notre village peut être attaqué à tout moment et le gouvernement n'est pas là pour nous protéger", a confié un habitant de la région.

Environ 200 ethnies et tribus vivent dans le nord-est de l'Inde et la région est depuis l'indépendance de 1947 le théâtre de révoltes. Ces dernières années, un fort courant hostile aux immigrés musulmans venus du Bangladesh est né parmi les populations hindoues et chrétiennes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS