Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre de faux billets en euros saisis entre janvier et juin a augmenté de 37% sur un an, a annoncé vendredi la Banque centrale européenne (BCE). Depuis 2012, la hausse est constante. Les billets de 20 et 50 euros ont particulièrement la cote auprès des faussaires.

Au cours du premier semestre 2015, quelque 454'000 faux billets ont été saisis et retirés de la circulation, contre 507'000 au second semestre 2014 et 331'000 au premier, selon l'étude bi-annuelle publiée par l'institution monétaire. Depuis 2012, le nombre de faux billets saisis a progressé de manière continue, passant de 531'000 fin 2012 à 670'000 en 2013 et 838'000 l'an passé.

Pour autant, "le nombre de billets contrefaits continue d'être très faible en comparaison de l'augmentation du nombre de vrais billets en circulation", qui se montait à plus de 17 milliards au premier semestre 2015, explique la BCE dans un communiqué.

Attention aux billets de 20 euros

Les billets de 20 et de 50 euros sont toujours les plus contrefaits. Ils représentent respectivement 55% et 31% des billets retirés de la circulation pour ce motif. Viennent ensuite les billets de 100 euros (8,5%).

La quasi-totalité (98%) des faux billets ont été découverts dans des pays de la zone euro, 1,6% dans des pays de l'Union européenne non membres de la zone euro et 0,5% hors de l'Union.

Pour compliquer la tâche des faussaires, l'institution monétaire a doté les billets en euros de dispositifs de sécurité renforcés avec l'émission de la nouvelle série Europe, dont la coupure de 20 euros doit être mise en circulation le 25 novembre. Les coupures de 5 et de 10 euros ont elles déjà été introduites dans l'économie de la zone euro.

ATS