Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux foyers de flavescence dorée ont été découverts fin octobre dans les communes vaudoises de Blonay et de La Tour-de-Peilz. Les deux parcelles sont fortement touchées et concernent des ceps de Gamay, Garanoir, Gamaret, Mara et Pinot noir d’âge variable.

C'est la première fois que la flavescence dorée est décelée au Nord des Alpes en Suisse, a indiqué Agroscope dans un communiqué vendredi. Jusqu’ici, sa présence sur le territoire était limitée au canton du Tessin, où elle est confirmée depuis 2004.

Les analyses moléculaires pratiquées par le laboratoire de phytoplasmologie d'Agroscope à Changins (VD) sont cohérentes avec les observations sur le terrain et confirment la présence de la maladie.

Développement épidémique

Les jaunisses de la vigne sont provoquées par des phytoplasmes. La flavescence dorée est la plus importante et la plus redoutée. Du fait de son développement épidémique, caractérisé par une dissémination rapide dans les parcelles, puis dans les vignobles, elle figure parmi les maladies de quarantaine soumises à l'annonce et à la lutte obligatoire.

La flavescence dorée est transmise de cep à cep par une cicadelle, Scaphoideus titanus, vectrice du phytoplasme et étroitement liée à la vigne. Cette cicadelle, apparue en 1995 dans le canton de Genève par la rive gauche du lac Léman, a progressivement colonisé de nombreux vignobles des cantons de l'arc lémanique (GE, VD, VS).

Epée de Damoclès pour la viticulture

Le suivi annuel de la progression de cet insecte par Agroscope a montré que la cicadelle est bien adaptée à nos conditions climatiques. Jusqu’ici toutefois, elle n’était pas porteuse du phytoplasme.

Epée de Damoclès pour la viticulture au Nord des Alpes, il ne faisait aucun doute que tôt ou tard la maladie allait y apparaître. Les mesures de prévention prises par les instances officielles auront permis de retarder l’arrivée de ce fléau de plus de dix ans.

Pas de traitement curatif disponible

Le canton de Vaud, l’Office fédéral de l'agriculture (OFAG) et Agroscope collaborent étroitement en vue d'éradiquer ce fléau des vignobles. Il n'existe aucun traitement curatif contre la flavescence dorée. Les mesures de lutte sont celles d'une lutte indirecte, engageant notamment l’arrachage et l’élimination des plantes malades.

Le bois noir, une autre jaunisse de la vigne, moins dangereuse mais confirmée en Suisse depuis 1995, présente les mêmes symptômes que la flavescence dorée. Elle peut masquer la détection de la flavescence dorée.

Annonce précoce impérative

Il est impératif d'annoncer rapidement aux autorités compétentes la présence de plantes présentant les symptômes du bois noir. L’annonce rapide augmente les chances d’éradication de la maladie, qui elle peut être combattue.

Ceci est d'autant plus pertinent les années où le bois noir est plus fréquent, comme cela semble être le cas en 2015. La dernière prolifération de bois noir remonte à 2005-2006.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS