Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jérusalem - Benjamin Netanyahu a affirmé devant une commission d'enquête nationale qu'Israël avait agi conformément au "droit international" lors de l'assaut contre une flottille d'aide à Gaza. Le Premier ministre israélien a accusé la Turquie d'avoir ignoré plusieurs avertissements.
M. Netanyahu était le premier témoin à s'exprimer devant la commission nationale chargée d'enquêter sur cet abordage survenu le 31 mai dernier. Neuf Turcs ont péri lors de heurts avec les soldats israéliens à bord du navire Mavi Marmara.
L'actuelle commission d'enquête est conduite par l'ancien juge à la Cour suprême israélienne Jacob Turkel et compte deux observateurs internationaux. Mais son mandat limité ne l'autorise pas à s'enquérir du processus politique qui a conduit à la décision d'aborder la flottille.
Elle se contentera de déterminer la validité, au regard du droit international, du blocus maritime imposé par Israël à Gaza, et du raid contre la flottille.
Parallèlement à cette commission, M. Netanyahu a dû accepter sous la pression de la communauté internationale la mise sur pied par l'ONU d'un panel de quatre experts, dont un Israélien et un Turc. Les travaux du groupe doivent commencer mardi.
Selon le Premier ministre, les soldats israéliens ont tiré car "leur vie était réellement en danger". Il a assuré avoir donné des ordres pour éviter au maximum des pertes en vies humaines.
La faute au Hamas
Il a également justifié le blocus imposé à la bande de Gaza contrôlée par les islamistes palestiniens du Hamas depuis 2007: "Le Hamas a transformé la bande de Gaza en une enclave terroriste parrainée par l'Iran qui lui accorde une aide politique, militaire et financière", a-t-il affirmé.
"Cette commission traite de la question du droit international, or le Hamas est coupable d'au moins quatre crimes de guerre: appel à un génocide, tirs systématiques vers des objectifs civils, utilisation de civils comme boucliers humains et interdiction à la Croix Rouge de rendre visite à Gilad Shalit", un soldat israélien détenu par le Hamas dans la bande de Gaza, a-t-il poursuivi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS