Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quatre fonctionnaires congolais affectés à la surveillance du parc de la Garamba ont été tués par des braconniers dans cette réserve naturelle du nord-est de la République démocratique du Congo, selon les gestionnaires du parc. Les éléphants y sont très menacés.

Les quatre hommes, trois gardes de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et un colonel des Forces armées de la RDC (FARDC), ont été tués lors d'un "échange de tirs" avec des braconniers qu'ils pistaient à l'aide du collier d'un éléphant tué par les malfaiteurs, indique un communiqué du réseau African Parks, qui gère le parc de la Garamba de concert avec l'ICCN, sans préciser la date du drame.

Ces morts portent à huit le nombre de personnes tuées dans le parc depuis le début de l'année, selon African Parks.

En juin, African Parks avait déploré la mort d'un garde de l'ICCN et de deux soldats dans une "embuscade tendue par des braconniers lourdement armés".

Classé au patrimoine mondial de l'humanité - dans la catégorie en péril comme les quatre autres réserves de la RDC reconnues comme exceptionnelles par l'Unesco - le parc national de la Garamba est situé dans l'extrême nord-est de la RDC, à la lisière du Soudan du Sud et près de l'Ouganda, dans une région enclavée et instable du fait de la présence de rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS