Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski nordique - Un ou deux podiums plus une poignée d'autres performances parmi les dix premiers, tels sont les objectifs de Swiss-Ski pour les quatre courses de Coupe du monde de fond à domicile ce week-end à Davos.
Sur des tracés qu'ils connaissent par coeur, les Suisses emmenés par Dario Cologna devront impérativement se montrer.
"Tout le monde est en bonne santé, le début de saison a été favorable avec neuf athlètes dans les points", se réjouit l'entraîneur en chef Guri Hetland. L'étape davosienne doit permettre de placer les fusées sur orbite avant le Tour de Ski, le but premier pour le groupe de distance.
Cologna, 2e de la Coupe à 77 points de Petter Northug, est remis d'un léger refroidissement qui l'a contraint à renoncer à une course interne le week-end passé à Pontresina. Il comptera parmi les favoris aussi bien sur 30 km (départs par intervalles) samedi que lors du sprint de dimanche. Remo Fischer, 6e en ouverture de saison sur 15 km à Sjusjoen (devant son chef de file), s'est préparé spécialement pour ce 30 km, et Guri Hetland le voit bien au niveau de Cologna. La technicienne norvégienne espère aussi que Curdin Perl et Toni Livers, en méforme en ce début de saison, évoluent à nouveau à hauteur de leur potentiel.
Pour la relève, l'heure est venue de s'afficher. Roman Furger, Jonas Baumann ou Candide Pralong figurent parmi les jeunes sur lesquels Swiss-Ski compte pour, à terme, offrir une alternative à l'un ou l'autre membre du quatuor de base en vue du relais. A eux de se rapprocher, dès samedi (Furger avait fini 49e du 15 km à Sjusjoen).
Chez les dames, les espoirs reposeront sur Laurien Van der Graaff, auteure le week-end passé d'une 3e place aussi inattendue qu'historique (une première pour la discipline) en sprint à Düsseldorf. Mais la concurrence sera tout autre cette fois, avec la présence des spécialistes de distance comme la Norvégienne Marit Björgen, absentes à Düsseldorf. En outre, le profil du parcours davosien, nettement moins roulant, n'avantage pas les fondeurs très rapides comme Van der Graaff. Mais la Davosienne peut atteindre au moins les demi-finales.

ATS