Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Tunisie qui réclame une restitution rapide des avoirs du clan Ben Ali s'est dite mardi "soulagée" par l'engagement pris par le Berne de restituer ces fonds. Les fonds sont gelés par la Suisse depuis début 2011.

"La présidence de la Tunisie est soulagée par les déclarations des autorités suisses qui ont affirmé leur engagement à restituer dans les plus brefs délais les fonds dérobés sous l'ancien régime déchu", a-t-on indiqué dans un communiqué.

"Cette affaire est très importante pour la Tunisie" qui appelle "les autres pays possédant dans leurs banques des fonds du clan Ben Ali à coopérer avec les autorités tunisiennes", selon le communiqué.

"Comme l'argent des Juifs"

"Nous voulons que l'argent revienne le plus tôt possible", avait déclaré le président tunisien Moncef Marzouki à la Radio télévision suisse (RTS). "Si on nous le rend dans 50 ans comme avec l'argent des Juifs, cela n'a aucun intérêt", avait-t-il ajouté.

Réagissant à ces propos lundi soir, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait indiqué que "la Suisse est déterminée à rendre le plus rapidement possible les avoirs actuellement bloqués en Suisse dont l'origine illicite a été établie" et qu'"aucun autre pays n'avait fourni plus d'effort" qu'elle en ce sens.

Plusieurs demandes d'entraide

"La Suisse espère que la question des propriétaires légitimes de ces fonds soit rapidement éclaircie par les autorités judiciaires afin que les avoirs acquis illégitimement puissent être restitués", avait-il précisé.

Selon le DFAE, la coopération entre Berne et Tunis "a déjà porté ses premiers fruits", la Tunisie ayant déjà adressé "plusieurs demandes d'entraide judiciaires à la Suisse". En outre, une procédure pénale suisse visant des proches de l'ancien président Ben Ali pour soupçons de blanchiment d'argent et de participation à une organisation criminelle est en cours auprès du Ministère public de la Confédération (MPC).

ATS