Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les glaciers et calottes glaciaires, exceptés ceux du Groënland et de l'Antarctique, ont vu leur masse diminuer d'environ 150 milliards de tonnes par an, selon une étude publiée mercredi. Elle revoit en outre à la baisse les estimations de fonte des glaciers des hauts sommets de l'Himalaya.

De janvier 2003 à décembre 2010, la fonte des glaces terrestres a entraîné une élévation du niveau des mers d'environ 0,4 millimètre par an, selon le professeur John Wahr (Université du Colorado aux Etats-Unis), un des principaux auteurs de l'étude publiée en ligne par la revue scientifique britannique "Nature".

Si l'on inclut aussi la fonte des calottes glaciaires du Groënland et de l'Antarctique durant la même période, le niveau des mers a augmenté d'environ 1,5 millimètre par an, soit de quelque 12 millimètres en huit ans. Un calcul qui prend en compte l'impact de la fonte de l'ensemble des masses glaciaires terrestres.

Pour évaluer ces pertes de masses des glaciers et calottes glaciaires, l'équipe de chercheurs de l'université américaine s'est servie des mesures effectuées par les deux satellites de l'expérience GRACE (Gravity Recovery and Climate Experiment).

Satellites à 500 kilomètres d'altitude

Lancés en 2001, ces satellites, résultant d'une initiative germano-américaine, orbitent en tandem autour de la Terre à près de 500 kilomètres d'altitude, en détectant d'infimes variations de la masse et de la gravité terrestre.

Faisant 16 fois par jour le tour de la Terre, ces satellites qui se suivent à environ 200 kilomètres de distance, voient cet intervalle s'amenuiser ou grandir et leur vitesse respective se modifier, en fonction de l'attraction terrestre dans la zone qu'ils survolent.

Grâce à cette sensibilité, l'expérience GRACE a permis de revoir à la baisse l'estimation de la fonte des glaces de l'Himalaya et d'autres régions montagneuses d'Asie. Elle pourrait être limitée à 4 milliards de tonnes par an. Selon de précédentes estimations, effectuées au sol, les pertes annuelles de glace dans ces régions auraient atteint jusqu'à 50 milliards de tonnes par an.

ATS