Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux tiers des jeunes qui bénéficient de l'aide sociale n'ont pas de diplôme professionnel. Pour leur faciliter l'accès à la formation, la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS) demande aux cantons de leur fournir des bourses d'études qui couvrent le minimum vital.

Dans la plupart des cas, les bourses d'études - non remboursables - sont conçues uniquement comme des participations aux coûts. Elles ne permettent pas aux jeunes d'en vivre, a relevé mardi devant les médias à Berne Dorothee Guggisberg, secrétaire générale de la CSIAS. Les jeunes, dont les familles dépendent de l'aide sociale sont particulièrement touchés par ce manque de financement.

Or la qualification professionnelle est une clé dans la lutte contre la pauvreté. Selon la CSIAS, 3,9% des 18 à 25 ans touchent l'aide sociale, soit bien plus que les personnes plus âgées. Et la part des bénéficiaires de l'aide sociale sans formation est en augmentation depuis 2005.

Vaud comme exemple

La CSIAS estime que les coûts de formation ne doivent pas être à la charge de l'aide sociale. Elle demande aux cantons que les jeunes dès 16 ans - suisses ou étrangers, avec un permis de séjour régulier - issus de familles à faibles revenus, puissent bénéficier de ces bourses. Celles-ci doivent financer les études du degré tertiaire ou des apprentissages.

Le canton de Vaud a "osé et réussi" à harmoniser le système des bourses d'études et celui de l'aide sociale, selon Dorothee Guggisberg. Un projet lancé il y a cinq ans a permis à environ 1400 jeunes adultes de commencer une formation professionnelle, a relevé Philipp Müller, secrétaire général adjoint du Département vaudois de la santé et de l'action sociale.

Au total, 65% d'entre eux ont poursuivi leur formation ou obtenu un diplôme de fin d'apprentissage. Un an après avoir réussi leur CFC, la plupart ont trouvé un emploi. Et 600 jeunes adultes ont pu sortir de l'aide sociale. Le canton de Vaud pense que ce programme permettra à moyen terme d'économiser quelque 10 millions de francs par an au niveau de l'aide sociale.

ATS