Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Automobilisme - Bahreïn n'est pas encore certain d'accueillir le Grand Prix de F1 prévu le 22 avril. Les écuries sont réticentes à se rendre dans ce pays en proie à des troubles.
Le patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone. a admis qu'il ne pouvait pas obliger les écuries à aller à Bahreïn. "Nous n'avons aucun moyen de forcer les gens à y aller. Nous ne pouvons pas dire: 'vous devez y aller'. Ils ne respecteraient pas leur accord avec nous en n'y allant pas, mais cela ne changerait rien. Commercialement, ils doivent y aller, mais c'est à eux de décider", a-t-il dit.
"Personne ne m'a dit autre chose que 'nous irons courir à Bahreïn'", a toutefois affirmé M. Ecclestone. "Nous ne sommes pas impliqués dans la politique à Bahreïn et (nous ne pouvons dire) qui a raison et qui a tort. Quand on se rend dans un pays, on doit respecter la façon dont il est dirigé, ainsi que ses lois", a-t-il ajouté.
"Ce sont les autorités sportives de ce pays qui peuvent dire: 'nous préférons ne pas organiser cette compétition'. Le promoteur pourrait aussi le dire si c'est trop risqué", a déclaré Ecclestone.
Selon la presse anglaise, les écuries de F1 sont réticentes à disputer le Grand Prix. "The Times" a ainsi affirmé que des centaines d'ingénieurs et mécaniciens avaient reçu deux billets différents pour quitter la Chine, après la prochaine course prévue dimanche à Shanghai: l'un pour Bahreïn et l'autre pour l'Europe, au cas où le GP serait annulé.
Le Bahreïn est secoué par des troubles politiques. Le dernier incident violent a été l'explosion d'une bombe artisanale qui a blessé sept policiers lundi dans un village chiite, au sud de la capitale Manama. L'an passé, la course avait déjà été annulée.

ATS