Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée irakienne a lancé lundi une offensive sur Falloujah.

KEYSTONE/EPA/NAWRAS AAMER

(sda-ats)

L'Etat islamique (EI) exécute davantage les nombreux hommes qui refusent de combattre à ses côtés à Falloujah depuis le début de l'offensive de lundi. Le HCR a entamé vendredi une aide aux 800 personnes qui ont réussi à fuir.

Plusieurs personnes, dont des femmes et des enfants, qui tentaient de sortir de la ville ont été tuées, a précisé vendredi à Genève le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), qui rapporte les indications données par ces déplacés. D'autres ont été tuées ou brûlées vives dans leurs maisons en raison des opérations militaires.

Environ 50'000 civils restent assiégés à Falloujah depuis plusieurs mois. Ils disposent de peu de nourriture, souvent avariée. Plusieurs décès liés à la famine ont été observés. La qualité de l'eau n'est elle pas garantie et les centres de santé et les médicaments manquent.

Le HCR va distribuer de son côté de l'aide aux familles qui ont pu fuir. Elles se trouvent dans un camp de déplacés à Amiriyat al-Falluja, dans la province d'al-Anbar. Elles ont dû marcher de nuit pendant plusieurs heures et se cacher dans des sites d'irrigation inutilisés. Deux autres camps vont être établis la semaine prochaine à Habbaniyah pour 500 familles.

Milliers de personnes dans le nord-est de la Syrie

A Mossoul, autre ville contrôlée par l'EI, le nombre d'Irakiens qui tentent de se rendre en Syrie a largement augmenté récemment. Près de 4300 personnes sont arrivées au camp d'al-Hol, dans la province d'Hasakah, dans le nord-est de la Syrie.

Jeudi, un premier avion du HCR est arrivé dans la région pour acheminer du matériel et anticiper de nouveaux réfugiés. Quatre autres vont suivre. Cette assistance doit bénéficier à 50'000 personnes.

La plupart des réfugiés ont dû engager des passeurs pour arriver dans cette région kurde de Syrie au bout de deux jours à une semaine. Mais une famille a mis un mois pour atteindre cette province depuis Mossoul. De nombreuses personnes ont besoin d'un traitement médical. Parmi ceux qui sont arrivés, 968 sont repartis vers des zones sûres dans le nord de l'Irak. Et 223 ont gagné un autre camp d'Hasakah.

Quelque 90'000 Syriens sont déplacés dans la province en raison de la guerre dans leur pays. A ces personnes s'ajoutent plus de 16'000 Irakiens. L'aide est difficile en raison du conflit syrien.

ATS