Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Generali, ici le site de Nyon (VD), a accru sa rentabilité l'an dernier (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Malgré un volume de primes en baisse, Generali Suisse a amélioré sa performance l'an passé. La filiale de l'assureur italien, qui a entamé une réorganisation de ses activités, a vu son résultat global bondir de 23,8% au regard de 2015 à 191,7 millions de francs.

L'envol du bénéfice reflète la contribution significative des placements de capitaux dont l'évolution s'est révélée favorable dans un environnement de marché exigeant, écrit mercredi l'assureur établi à Adliswil (ZH). Leur valeur a ainsi progressé l'an passé de 4,8% à 17,2 milliards de francs.

Côté revenus, Generali Suisse a en revanche subi un nouveau tassement des primes brutes émises, lesquelles ont fléchi en l'espace d'un an de 3,7% à 2,05 milliards de francs.

Generali Suisse a essuyé l'an dernier un nouveau tassement de ses primes brutes émises, de 3,7% à 2,05 milliards de francs. En 2015, celles-ci s'étaient déjà réduites de 2,7% à 2,13 milliards. L'assureur note cependant être parvenu à accroître leur volume de 2,2% dans les affaires non vie.

Réorganisation

Dans les affaires dommages, le ratio combiné, soit le rapport entre, d'une part, les coûts et les sinistres ainsi que les primes, d'autre part, s'est toutefois détérioré de 0,6 points de pourcentage à 92,8%. Un niveau jugé bon dans la lignée de l'exercice précédent.

Dans le segment vie, les affaires se sont contractées de 7,3%, conséquence notamment de la baisse des produits conventionnels. L'assureur actif en Suisse depuis 30 ans à la faveur de l'acquisition d'Union Suisse et de Familia-Vie, puis en 1994 de Fortuna et de Secura en 1999, rappelle avoir cédé sa filiale liechtensteinoise Fortuna, active dans l'assurance-vie au groupe allemand FWU.

Dans le cadre de la réorganisation lancée à l'échelle du groupe, la filiale helvétique a également procédé à un réaménagement de ses structures. Après plusieurs mois de négociations avec les employés et le syndicat Unia, Generali Suisse a revu à la baisse le nombre de postes transférés du siège de Nyon (VD) vers celui d'Adliswil.

Emplois maintenus à Nyon

Après examen des propositions soumises par les représentants des employés, la direction de Generali Suisse a décidé de maintenir 48 emplois sur le site vaudois, alors qu'il était à l'origine prévu d'en transférer 108 postes vers les rives du lac de Zurich.

Au final, le groupe Generali, qui emploie quelque 2000 collaborateurs en Suisse, conservera environ 290 sur son site de Nyon. Sa décision de transfert avait entraîné une forte mobilisation du personnel, avec même une grève, une première dans le secteur de l'assurance en Suisse.

Ce transfert doit s'achever d'ici à la fin de l'année. Dans le cadre de sa réorientation stratégique, Generali Suisse rappelle vouloir investir près de 100 millions de francs. Le nouveau modèle d'affaires prévoit notamment de réunir plusieurs unités, qui seront pilotées principalement depuis le siège d'Adliswil.

Hausse pour le groupe

L'an dernier, Generali, numéro trois européen de l'assurance, a pour sa part dégagé un bénéfice net de 2,1 milliards d'euros (2,25 milliards de francs). L'assureur au lion ailé a concentré l'attention en début d'année, après que la banque Intesa Sanpaolo a indiqué étudier de "possibles combinaisons industrielles" avec Generali.

Intesa a finalement renoncé fin février à cet éventuel rapprochement, faute de "création de valeurs" pour ses actionnaires. Mais Generali est ainsi apparu comme une cible possible en Europe, même si l'assureur français Axa et l'allemand Allianz ont affirmé qu'une fusion avec Generali n'était pas à l'ordre du jour.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS