Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre d'entreprises qui ont eu recours au chômage partiel à cause du franc fort a fortement augmenté depuis janvier, a constaté lundi le Conseil fédéral dans sa réponse à une question du conseiller national Marco Romano (PDC/TI). Les cantons de Zurich et Berne sont les plus touchés.

En décembre, avant que la Banque nationale suisse (BNS) supprime le taux plancher de l'euro, 215 entreprises ont demandé une indemnisation suite à des mesures de chômage partiel. En janvier, elles étaient 365 et 568 un mois plus tard.

Le nombre d'employés contraints de réduire leur temps de travail est passé de 2200 personnes en décembre à près de 5000 en janvier et plus de 9100 en février, selon le Département fédéral de l'économie (DEFR).

Coût inconnu

Les cantons les plus touchés sont Zurich et Berne, avec chacun près de 1200 personnes au chômage partiel. Suivent le Jura, St-Gall et le Tessin, qui comptent chacun plus de 800 travailleurs concernés.

Le coût de ces indemnisations suite au franc fort n'est pas encore connu. Le Conseil fédéral rappelle cependant que ces mesures restent exceptionnelles: les indemnités qui compensent les pertes de travail cesseront dès que la situation se sera stabilisée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS