Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat contre "Charlie Hebdo", ont été tués vendredi lors de l'assaut donné en fin d'après-midi par les forces de l'ordre à Dammartin-en-Goële, à 40 km au nord-est de Paris, où les deux hommes s'étaient retranchés. La prise d'otages parallèlement dans un supermarché juif de la Porte de Vincennes, à Paris, se solde par le décès d'au moins trois otages et d'un terroriste.

Peu avant 17h00, les unités d'élite de la gendarmerie ont abattu Saïd et Chérif Kouachi qui sortaient de l'imprimerie où ils s'étaient réfugiés depuis la matinée. Un membre des forces de l'ordre a été blessé dans l'opération, ont indiqué des sources sécuritaires. Une personne qui se trouvait sur les lieux, un homme de 26 ans, a été libéré sain et sauf, a confirmé la gendarmerie.

Parallèlement, un assaut a été donné contre un supermarché juif dans l'est parisien, où un homme avait pris depuis la mi-journée plusieurs personnes en otage. Après plusieurs détonations, des policiers ont pénétré dans le magasin. Au moins cinq otages, parmi lesquels se trouvait un enfant, sont sortis protégés par des policiers.

Fin tragique

Cette séquestration s'est soldée par le décès d'au moins trois otages, a indiqué la police. Un des agresseurs, Amedy Coulibaly, un délinquant multirécidiviste, a été tué lors de l'assaut. Deux policiers ont aussi été blessés au moment où ils tentaient de libérer les otages, au nombre total de 15 à 20, selon la police.

Le preneur d'otages aurait piégé le magasin spécialisé dans les produits casher. Il n'était pas possible dans l'immédiat de savoir si les otages ont été tués lors de l'assaut ou lors de la fusillade intervenue plus tôt dans la journée dans l'épicerie. Selon une source sécuritaire, quatre blessés se trouvaient par ailleurs dans un état très grave.

Amedy Coulibaly, 32 ans, était déjà suspecté d'avoir tué la veille une policière dans le quartier de Montrouge, dans la banlieue sud de Paris, et blessé une tierce personne. Il a confirmé vendredi à BFMTV avoir "synchronisé" son action avec les frères Kouachi.

Situation inédite

"Une immense tristesse pour tous ceux qui ont perdu la vie et des remerciements du fond du coeur aux forces de l'ordre qui sont intervenues avec une maîtrise et un sang-froid qui fait leur honneur", a affirmé le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Au total donc, 17 personnes sont décédées et 20 autres ont été blessées depuis l'attaque survenue mercredi contre "Charlie Hebdo".

Les autorités françaises ont dû gérer une situation sans précédent: deux prises d'otages à 50 km de distance perpétrées par des personnes lourdement armées et résolues, dernier acte d'une tragédie entamée mercredi avec l'attentat contre "Charlie Hebdo".

Le quartier près du supermarché juif à Paris a été complètement bouclé et tous les occupants des immeubles avoisinant ont été priés de rester chez eux. Les écoliers ont été confinés dans leurs établissements. Des policiers en tenue d'intervention ont petit à petit pris position, protégés par des boucliers.

Hollande s'adresse à la France

Le président François Hollande est intervenu en direct à la TV dans la soirée. Il a indiqué que la France "a fait face" lors de ces trois jours d'angoisse mais que le pays "n'en a pas terminé avec les menaces dont il est la cible". "Je vais vous appeler à la vigilance, à l'unité et à la mobilisation", a martelé le président français.

S'agissant de la prise d'otages de la Porte de Vincennes visant un supermarché casher, M. Hollande a parlé d'"un acte antisémite effroyable".

Les frères Kouachi se trouvaient depuis des années sur la liste noire américaine du terrorisme. Saïd Kouachi s'était entraîné au maniement des armes au Yémen en 2011. Il aurait également fréquenté une université fondamentaliste toujours au Yémen avant de batailler contre des miliciens chiites dans ce pays.

Par ailleurs, plusieurs dirigeants européens ont annoncé leur participation à la marche prévue dimanche à Paris. Parmi eux figurent la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, la chancelière allemande Angela Merkel, le président du Conseil européen Donald Tusk, les premiers ministres britannique et espagnol David Cameron et Mariano Rajoy et le président du Conseil italien Matteo Renzi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS