Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour Frédérique Constant, Baselworld est plus intéressant car le salon est fréquenté par 60'000 détaillants (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Frédérique Constant est satisfaite des synergies développées avec le groupe japonais Citizen, qui l'a rachetée en 2016. La marque horlogère genevoise est par ailleurs contente des ventes de ses montres connectées.

"Jusqu'à maintenant, tout se passe bien" avec Citizen, déclare Peter Stas, co-fondateur et directeur général de Frédérique Constant, dans une interview parue lundi dans l'Agefi. "Nous renforçons la stratégie multimarque du groupe Citizen et ce dernier nous laisse une grande marge de manoeuvre". Techniquement, il n'y a pas eu de transfert.

La marque genevoise profite notamment du réseau de distribution du groupe japonais et a vu ses ventes croître de 30% aux Etats-Unis. Au Japon, le chiffre d'affaires est aussi en train de nettement augmenté. Frédérique Constant, qui employait 170 personnes avant le rachat, estime qu'il y a eu une croissance des ventes et du personnel depuis, mais ne donne pas de chiffres détaillés.

Peter Stas estime que les synergies, aussi bien au niveau des ventes que des flux financiers, sont importantes quand on fait partie d'un grand groupe horloger dont le chiffre d'affaires atteint plusieurs milliards de francs. "A l'avenir il sera difficile aux manufactures indépendantes de faire cavalier seul à moins d'avoir atteint une taille critique, ce qui est sans doute le cas de Patek Philippe".

Nouveau bâtiment

Le directeur général ajoute que c'était le bon choix d'avoir été la première société suisse à lancer une montre mécanique connectée en 2015 car les garde-temps connectés de la marque représentent désormais 10% du chiffre d'affaires. "Et la tendance est à la hausse", précise Peter Stas.

La marque, basée à Plan-les-Ouates, devrait s'installer dans un nouveau bâtiment début 2019. Alors que la filiale marketing a été déplacée l'an dernier à Bienne (BE), le directeur général précise "qu'il n'est pas exclu que nous transférions le marketing dans notre futur bâtiment genevois quand bien même nous apprécions le bilinguisme biennois".

La marque note par ailleurs que le Salon mondial de l'horlogerie et de la bijouterie Baselworld est plus intéressant pour elle que le Salon international de la haute horlogerie (SIHH) à Genève. Baselworld est fréquenté par 60'000 détaillants, contre environ 4000 pour le SIHH, conclut le patron.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS