Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La 45e édition du Festival de la Cite s'est déroulée cette année sur trois pôles, dont la place de la Riponne. Le spectacle de danse "Freestyle" y a été donné mardi (Archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le 45e Festival de la Cité s'est achevé dimanche à Lausanne sur un bilan artistique réjouissant. La fréquentation de cette édition décentralisée sur trois pôles est en hausse, avec 72'000 spectateurs contre 65'000 en 2015, grâce notamment à une météo idéale.

Le Festival a proposé de mardi à dimanche 83 projets artistiques sur les sites de la Sallaz, la Riponne et Ouchy, reliés par une ligne de métro. "On est hyper content de la programmation", a déclaré à l'ats Myriam Kridi, la directrice du Festival. "Il y a eu du public en nombre partout. L'objectif artistique est pleinement atteint".

La géographie imaginée en réponse aux travaux toujours en cours dans la Cité a réservé de bonnes surprises. Elle n'a toutefois pas amadoué les plus attachés au quartier historique, relève le Festival dans son communiqué de bilan.

La formule a montré des faiblesses notamment en début de semaine. A la Sallaz et à Ouchy, le public qui a fait le déplacement est souvent reparti à la fin du concert et du spectacle, ne créant pas la convivialité espérée. Il a fallu le week-end pour que l'ambiance festivalière s'installe pleinement.

Rencontres différentes

Quant aux possibilités de rencontre, cela a bien marché, mais de façon différente, a noté Mme Kridi. Les festivaliers se sont donné rendez-vous pour aller aux spectacles. Pour ceux qui souhaitent juste se rencontrer, la question reste en suspens.

La prochaine édition aura lieu au 4 au 9 juillet 2017. "On ne va pas faire exactement la même chose. On réfléchit à réinventer la formule. On a entendu l'attachement des Lausannois au quartier de la Cité, c'est clair. Mais il est difficile de contenter tout le monde", explique Mme Kridi.

Une pétition en ligne contre la délocalisation du Festival a récolté 3000 signatures ce printemps. Le contre-festival, In-cités, qui a été organisé de mercredi à vendredi, n'a que peu attiré le public et n'a pas constitué une concurrence, selon la directrice.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS