Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien premier ministre François Fillon juste avant de se justifier devant plus de 200 journalistes et donc face à la France entière.

Keystone/AP/CHRISTOPHE ENA

(sda-ats)

Le candidat de la droite à la présidentielle française François Fillon s'est défendu lundi après-midi lors d'une conférence de presse dans l'affaire du "Penelopegate". Rien d'illégal, selon lui. Sur le plan moral, il a en revanche présenté ses excuses aux Français.

Dans une salle remplie de plus de 200 journalistes au quartier général de son équipe de campagne, l'ancien premier ministre a reconnu avoir commis une "erreur" en embauchant sa femme et ses enfants comme collaborateurs parlementaires. "C'était une erreur, je le regrette profondément et je présente mes excuses aux Français", a-t-il déclaré sur un ton grave mais plutôt serein.

Le candidat de la droite, englué dans des soupçons d'emploi fictif de sa famille, a toutefois répété que le salaire de sa femme Penelope "était parfaitement justifié", et que "tous les faits évoqués (étaient) légaux et transparents", lors de sa conférence de presse très attendue, où il s'est expliqué pendant 20 minutes environ avant de répondre aux questions des journalistes.

Il a notamment aussi annoncé qu'il va publier dans la soirée un tableau des rémunérations perçues par son épouse. "Je comprends les interrogations, le besoin de clarifier les choses et je vais le faire", avait-il déclaré dans un propos liminaire.

L'ex-premier ministre a notamment expliqué le rôle de son épouse Penelope, employée durant 15 ans "comme collaboratrice" pour lui-même et son suppléant "pour 3677 euros nets par mois". "S'il faut réformer le système alors réformons-le", a-t-il ajouté.

Dénonçant des "attaques d'une violence inouïe", François Fillon s'est dit déterminé à poursuivre sa campagne. "Dès ce soir, j'annonce que c'est une nouvelle qui campagne commence", a-t-il assuré. "Je suis debout", a-t-il encore insisté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS