Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le détaillant Coop souffre du tourisme d'achat lié au franc fort et appelle certains fournisseurs étrangers à répercuter les effets de change sur leurs prix. En particulier dans le segment des produits cosmétiques.

"Les produits Nivea, par exemple, sont toujours trop chers", lance Philipp Wyss, directeur marketing et achats de Coop dans un entretien à la SonntagsZeitung. "Il doit se passer quelque chose dans les six prochains mois".

Si les fournisseurs ne plient pas, Coop importera davantage via des canaux parallèles. Le groupe achètera lui-même la marchandise à l'étranger et, en dernier recours, il pourrait même examiner un retrait de certains produits.

Coop n'avait d'ailleurs pas hésité en mars à bannir de ses rayons certaines revues allemandes, notamment Spiegel et Gala. Les prix de ces titres ont ensuite baissé de 15%.

Chiffre d'affaires sous pression

"Le tourisme d'achat s'est encore renforcé cette année", après l'abandon mi-janvier du taux plancher de 1,20 franc pour un euro par la Banque nationale suisse (BNS).

Le géant orange estime qu'il sera difficile de maintenir le chiffre d'affaires au niveau de celui de l'an dernier. "Ce d'autant plus que nous avons baissé les prix de notre assortiment pour un montant représentant plus de 150 millions de francs au total".

Juin et juillet ont néanmoins été de bons mois, relève Philipp Wyss. Les magasins situés dans les régions de montagne ont profité d'une météo favorable.

ATS