Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les voix sont de plus en plus nombreuses à réclamer un relèvement du cours plancher de 1,20 franc pour un euro, fixé début septembre par la Banque nationale suisse (BNS). Après l'industrie des machines mardi, la Fédération textile suisse a franchi le pas mercredi.

Swisstextiles exige un cours plancher de 1,35 franc au minimum. L'association faîtière souligne que le phénomène d'érosion des marges n'est pour l'heure pas stoppé. Le franc fort détériore également la capacité concurrentielle des entreprises helvétiques.

Swisstextiles indique encore que plus de 200 emplois ont déjà été perdus dans le secteur. Par ailleurs, ses exportations ont diminué de près de 8% au troisième trimestre 2011 par rapport à la même période de l'an passé. L'innovation s'en trouve pénalisée et la menace de délocalisations plane.

Swissmem et d'autres

La veille, Swissmem a délivré un message identique pour le compte de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM). Outre la vigueur du franc, la branche a expliqué commencer à ressentir clairement les effets du ralentissement conjoncturel en cours depuis plusieurs mois.

Précédemment, l'Union syndicale suisse (USS) a répété à de nombreuses reprises sa volonté de voir la BNS agir davantage. Economiesuisse partage cet avis, en situant elle aussi un cours équilibré de l'euro entre 1,30 et 1,40 franc.

La BNS ne s'exprime évidemment pas sur le fond dans la mesure où elle seule peut décider d'une telle action. Philipp Hildebrand a simplement affirmé le 6 novembre que la banque centrale était prête à agir à nouveau sur le marché des devises pour affaiblir le franc, en escomptant que la situation se détende d'elle-même.

ATS