Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 270'000 manifestants ont défilé mardi en France, selon le syndicat CGT. Ils sont descendus dans la rue pour dénoncer le récent plan d'austérité du gouvernement lors d'une mobilisation ponctuée par des perturbations limitées dans les transports.

Près de 200 défilés ont eu lieu à travers le pays à l'appel de cinq syndicats (CGT, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires) qui organisaient leur première journée interprofessionnelle depuis le conflit des retraites en 2010. La manifestation parisienne a réuni 25'000 personnes, selon les syndicats, et 16'000 d'après la préfecture de police.

Les organisations syndicales, qui ne s'attendaient pas à une mobilisation comparable à celle de l'automne 2010, ont néanmoins jugé le niveau des manifestations encourageant.

Les syndicats critiquent le dispositif de 12 milliards d'euros annoncé le 24 août par le gouvernement pour réduire le déficit public, le jugeant "injuste et inéquitable" et réclament des mesures pour le pouvoir d'achat et l'emploi.

Désunion?

Les organisations, qui sont restées sur l'échec de la mobilisation contre la réforme des retraites, reconnaissent qu'il est difficile de mobiliser en période pré-électorale. Mais elles estiment que les salariés doivent se faire entendre.

Cette journée interprofessionnelle était boudée par trois autres syndicats (FO, CFE-CGC, CFTC). "Le front syndical n'est pas uni", a relevé sur LCI le ministre de la Fonction publique, François Sauvadet, avant de défendre la politique de réformes du gouvernement. Le Parti socialiste, qui prépare le deuxième tour de sa primaire pour la présidentielle, a apporté son soutien à cette journée de mobilisation, de même que le Front de gauche.

Dans les transports, où seuls la CGT et les syndicats Sud appelaient à la grève, les perturbations sont restées limitées. Trois TGV sur quatre circulaient en moyenne,selon la SNCF. Le trafic sur Eurostar et Thalys était normal.

Concernant la Suisse, seules les liaisons avec Genève étaient affectées, quatre TGV au départ de la ville et le même nombre dans l'autre sens ayant été supprimées.

ATS