Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Strasbourg - Une soixantaine de faucheurs venus de toute la France ont saccagé dans la nuit de samedi à dimanche 70 pieds de vigne transgénique dans l'unité de Colmar (est) de l'Institut national de recherche agronomique (INRA). Ils ont été arrêtés et une plaine a été déposée.
"Nous avons agi dans la non-violence, à visage découvert. L'argent public finance les OGM, ces essais s'effectuent en plein champs et nous n'en voulons pas", a dit l'un des faucheurs volontaires.
"C'est gravissime pour la recherche. On travaille pour un établissement public et ces malades viennent tout détruire. Ils empêchent la connaissance d'avancer, c'est tout ce qu'ils font", a dit atterré le président de l'unité de Colmar de l'INRA.
"Ils se prétendent bio mais ils ouvrent tout grand la porte à ce qu'ils rejettent, aux grandes multinationales qui imposent l'utilisation des OGM", a-t-il ajouté.
Les recherches portaient sur le court-noué, une maladie virale présente dans la quasi-totalité des régions viticoles du monde où elle provoque le décès des vignes et rend les terres impropres à la viticulture.
Les pieds de vigne coupés sont les mêmes que ceux déjà saccagés en septembre 2009 par un homme qui avait alors agi seul. Cet homme avait été condamné en novembre à 2000 euros d'amende et un euro symbolique de dommages et intérêts.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS