Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux femmes gendarmes de 29 et 35 ans qui intervenaient pour régler un différend dimanche soir au coeur du village de Collobrières, dans le sud de la France, ont été tuées par arme à feu. Ce double meurtre constitue une première dans l'histoire de la gendarmerie.

D'importants moyens étaient mobilisés dans la nuit pour retrouver le meurtrier, qui est armé. Selon la gendarmerie, il est âgé de 25 ans, et est connu de leurs services. Les militaires ont également précisé que les deux gendarmes tuées sont âgées 29 et 35 ans.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, doit se rendre lundi matin à Collobrières, un village de près de 2000 âmes enclavé dans le massif des Maures. "Deux militaires féminins de la gendarmerie ont été tuées par arme à feu ce (dimanche) soir à Collobrières", avait déclaré, peu après les faits, le préfet du département Var Paul Mourier, sans préciser dans l'immédiat les circonstances.

Plus de 300 gendarmes mobilisés

Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux gendarmes en poste à la brigade territoriale de Pierrefeu (Var) intervenaient seules, vers 23h00, dans le village pour tenter de mettre fin à un différend qui aurait débuté dans la journée, a indiqué une source proche du dossier.

Elles auraient été prises à partie par deux personnes, dont l'une, l'homme de 25 ans, a assommé l'une des policières, s'est emparé de son arme et a fait feu. La deuxième aurait tenté de se mettre à l'abri. Une poursuite se serait engagée avec l'homme armé qui l'aurait alors également tuée, selon la même source qui a précisé que "le tireur semblait alcoolisé".

Deux escadrons de gendarmerie mobile étaient à pied d'oeuvre au coeur de la nuit et un escadron de gendarmes mobiles venus de Nîmes était en cours de transfert, soit plus de 300 hommes, selon la gendarmerie. "J'ai demandé que tout le village mais aussi tout le département du Var soit bouclé", a ajouté M. Mourier.

ATS