Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'humoriste controversé français Dieudonné a été arrêté et placé en garde à vue, ont indiqué des sources judiciaires. Il est poursuivi pour apologie du terrorisme.

Dieudonné a été arrêté à son domicile d'Eure-et-Loir par la police judiciaire parisienne chargée de l'enquête. Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête contre l'humoriste, qui a écrit dimanche sur Facebook qu'il se sentait "Charlie Coulibaly", en référence à Amedy Coulibaly, qui a tué une policière à Montrouge et quatre personnes dans une épicerie casher de Paris la semaine dernière.

Il caricaturait ainsi le slogan "Je suis Charlie", devenu un cri d'indignation international, après la mort de douze personnes tuées lors de l'attaque de "Charlie Hebdo" mercredi dernier à Paris.

Dieudonné est attendu en Suisse dans une dizaine de jours: il doit donner trois spectacles au Palais de Beaulieu à Lausanne du 24 au 26 janvier. Il y a quelques mois, la municipalité de Lausanne avait décidé d'autoriser la tenue du spectacle. Elle devrait rediscuter de ce dossier lors de sa prochaine séance, jeudi.

Plus de 50 procédures

Au total, plus de cinquante procédures pour apologie du terrorisme ont été ouvertes en France depuis l'attentat contre "Charlie Hebdo" il y a une semaine, a-t-on appris auprès du ministère de la Justice. Seules cinq condamnations ont pour l'instant été prononcées.

La peine la plus sévère concerne un homme de 34 ans condamné lundi à quatre ans de prison ferme par le tribunal de Valenciennes (nord) pour avoir causé un accident de voiture et fait l'apologie des frères Kouachi.

L'apologie du terrorisme n'était toutefois dans son cas qu'une circonstance aggravante, l'homme, récidiviste, ayant refusé de se soumettre à l'alcootest. L'accident a provoqué des blessures involontaires. Son avocat a souligné à l'audience que plus de 20'000 messages faisant l'apologie des attentats ou reprenant le mot-clé "Je ne suis pas Charlie" avaient été diffusés sur les réseaux sociaux.

Selon le quotidien "Le Monde", parmi les 54 procédures recensées par la chancellerie, on trouve pêle-mêle: trois mineurs, des "illuminés", des hommes alcoolisés, des chrétiens et des musulmans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS