Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen lundi pour "proxénétisme en bande organisée" dans l'affaire dite du Carlton. L'ex-patron du FMI nie et déclare "n'avoir jamais eu la moindre conscience que les femmes rencontrées pouvaient être des prostituées", ont indiqué ses avocats.

L'audition de l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) a débuté en début d'après-midi. M. Strauss-Kahn est ressorti du palais de justice de Lille peu après 22h00.

A l'issue de deux journées et une nuit en garde à vue dans une caserne de gendarmerie à Lille il y a un mois, M. Strauss-Kahn s'était vu délivrer une convocation aux fins de mise en examen pour "complicité de proxénétisme aggravé en bande organisée" et "recel d'abus de biens sociaux".

Vingt ans de réclusion

Ces infractions sont passibles de vingt ans de réclusion criminelle et de cinq ans d'emprisonnement. Les magistrats cherchent notamment à déterminer dans quelle mesure l'ancien directeur général du FMI savait que les participantes à des soirées libertines auxquelles il prenait part, notamment à Paris et Washington, étaient rémunérées.

L'enquête a fait ressortir que plusieurs déplacements de protagonistes du dossier, accompagnés de prostituées, avaient été organisés et financés par deux entrepreneurs du nord de la France.

Hommes d'affaires mis en examen

Les deux hommes, qui font partie des huit personnes mises en examen dans cette affaire, ont affirmé qu'il n'y avait eu aucune contrepartie à l'organisation de ces escapades, selon leurs avocats.

Le dernier de ces voyages a eu lieu du 11 au 13 mai 2011 dans la capitale américaine, à la veille de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York dans l'affaire du Sofitel où il est accusé de viol par la femme de chambre Nafissatou Diallo. Dans cette affaire, les poursuites pénales ont été abandonnées mais la procédure se poursuit au civil.

ATS