Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Le ministre français du Travail Eric Woerth, au centre d'accusations de conflits d'intérêts, a confirmé son intention de démissionner de ses fonctions de trésorier de l'UMP. Peu avant cette annonce, il a défendu la réforme des retraites du gouvernement Sarkozy en conseil des ministres, qui a été acceptée.
"Je vais le faire bien sûr", a déclaré le ministre du Travail à sa sortie du conseil des ministres. Cette démission, qui lui avait été "conseillée" par Nicolas Sarkozy dans son intervention lundi soir sur France 2, ne sera cependant effective qu'à la fin du mois de juillet.
Son entourage a précisé qu'il démissionnerait "avant la fin de la journée" après en avoir parlé à Xavier Bertrand, le secrétaire général du parti présidentiel.
"Cette démission prendra effet le 30 juillet, car il faut nommer un successeur et préparer la transition", a précisé Eric Woerth dans une interview à paraître mercredi dans "Le Figaro".
Affaire Bettencourt
Eric Woerth est au centre d'une polémique sur des liens présumés avec l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt. La femme la plus riche de France est soupçonnée d'évasion fiscale et de financement illégal de l'UMP et de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.
Le président français a déclaré lundi soir qu'un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) avait lavé Eric Woerth de "tout soupçon" d'intervention sur le dossier fiscal de Mme Bettencourt quand il était ministre du Budget, de mai 2007 à mars dernier.
Le chef de l'Etat a réaffirmé toute sa confiance à son ministre du Travail, mais il a ajouté qu'il lui avait demandé de se consacrer "exclusivement" à la réforme des retraites, un projet controversé outre-Jura.
Fort du soutien du président, Eric Woerth a présenté mardi en conseil des ministres le projet de loi qui repousse de 60 à 62 ans l'âge légal du départ à la retraite en France. Cette réforme-phare de la deuxième partie du mandat de Sarkozy a été acceptée. "C'est un grand jour", s'est félicité le chef de l'Etat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS