Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le socialiste François Hollande a pris officiellement mardi ses fonctions de président de la République en promettant de "rassembler" les Français, lors d'une journée forte en symboles. Elle sera encore marquée par le déplacement du nouveau chef de l'Etat à Berlin.

"A compter de ce jour, vous incarnez la France", a proclamé le président du Conseil constitutionnel. Elu le 6 mai avec 51,6% des suffrages, François Hollande, 57 ans, est devenu le septième président de la Ve République et restera cinq ans à la tête d'une des principales puissances mondiales. Et le premier socialiste à s'installer à l'Elysée depuis 17 ans.

A peine investi, M. Hollande a voulu adresser un "message de confiance" aux Français. "Le pays a besoin de réconciliation, de rassemblement, c'est le rôle du président de la République d'y contribuer, faire vivre ensemble tous les Français sans distinction (...) autour des mêmes valeurs, celles de la République, tel est mon impérieux devoir", a-t-il dit en promettant "simplicité et dignité" à la tête de l'Etat.

Transmission des codes nucléaires

Selon un protocole minutieux, M. Hollande est arrivé à 10h00 au palais de l'Elysée, accueilli dans la cour d'honneur par son prédécesseur et rival malheureux à la présidentielle Nicolas Sarkozy. Après une poignée de mains, les deux hommes se sont isolés pour la passation de pouvoir au cours de laquelle le sortant a remis à l'élu les codes nucléaires.

Puis, sous les applaudissements du personnel et cinq ans après y être entré triomphalement, Nicolas Sarkozy a foulé le tapis rouge dans le sens inverse, main dans la main avec son épouse Carla Bruni, avant de quitter l'Elysée en voiture en faisant le geste de l'au-revoir.

François Hollande qui prône l'idée d'une "présidence normale" avait souhaité une cérémonie d'investiture "sobre" pour marquer le début de son quinquennat qui s'ouvre sous le sceau de la crise et du chômage et pour lequel il sait qu'il n'aura pas d'état de grâce.

ATS