Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien ministre français de la Défense, le centriste Hervé Morin, a annoncé dimanche sa candidature à l'élection présidentielle de 2012. Il a insisté sur la gravité de la situation en France et à l'échelle internationale.

Le président du Nouveau Centre, que nombre de ses amis centristes pressent de retirer une candidature jugée inutile et risquée pour la majorité, est crédité de 1% à 2% d'intentions de vote. Une vingtaine de députés, sénateurs et députés européens lui ont apporté leur soutien.

Un homme de défis

Au gouvernement, sa candidature laisse dubitatif. "On va voir si Hervé Morin va jusqu'au bout", a dit la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, sur Canal+.

Maire d'Epaignes (Eure) depuis 1995, Hervé Morin, qui avoue une passion pour les chevaux de course, grimpe les échelons à ses côtés et devient secrétaire national puis vice-président exécutif du mouvement centriste de 1999 à 2007.

Il prend ses distances avec François Bayrou, dont il était le porte-parole lors de la campagne de 2002, pour épouser la "rupture" sarkozienne qui le propulse en mai 2007 à la tête d'un ministère régalien, la Défense, jusqu'à son éviction en novembre 2010 du gouvernement de François Fillon.

ATS