Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

François Hollande, élu président de la République française avec plus de 51% des voix, revêtira officiellement sa nouvelle fonction lors de la passation de pouvoir avec le sortant Nicolas Sarkozy, fixée au 15 mai. Il a déclaré lundi à la presse qu'il dévoilera le nom de son premier ministre à cette date.

Au lendemain d'une victoire fêtée à la Bastille par des dizaines de milliers de personnes, le deuxième président socialiste de l'histoire de la Ve République et son équipe étaient déjà tournés vers les législatives et sur la formation du premier gouvernement de gauche en 10 ans.

Dès sa prise de fonctions, et contrairement à 1981 où le socialiste François Mitterrand avait accédé à la fonction suprême, le nouveau chef de l'Etat n'aura pas "d'état de grâce", car la situation de la France est "beaucoup plus difficile du point de vue économique", a prévenu le député PS Michel Sapin, qui pourrait retrouver le ministère de l'économie.

Jean-Marc Ayrault favori

Le nouveau chef de l'Etat a précisé en sortant de son QG que ses priorités immédiates étaient les dossiers internationaux. "Je dois préparer un certain nombre de déplacements et de voyages", a-t-il ajouté, se référant à sa rencontre à Berlin avec la chancelière allemande Angela Merkel, qui doit avoir lieu après son investiture, puis à son baptême du feu diplomatique aux Etats-Unis pour le G20 (18 et 19 mai) et le sommet de l'OTAN (20 et 21 mai).

Quant à celui qui deviendra premier ministre, c'est le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, un fidèle, qui tenait la corde ces derniers jours. André Vallini est pressenti pour la justice, le directeur de communication de la campagne, Manuel Valls, ou le maire de Dijon François Rebsamen, pour l'intérieur, et le président de la région Bretagne, Jean-Yves Le Drian, pour la défense.

L'ex-premier ministre Laurent Fabius est en lice pour les affaires étrangères, le député Vincent Peillon pour l'éducation et Jérôme Cahuzac pour Bercy et le budget. Le nom de Marisol Touraine revient pour les affaires sociales.

ATS