Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois jeunes Français de confession musulmane ont été condamnés jeudi par le tribunal correctionnel de Paris à des peines d'un an et demi à six ans de prison ferme pour avoir fomenté un projet d'attentat contre la France. Les trois hommes avaient été interpellés en décembre 2008.

Selon les enquêteurs, l'un des terroristes, un converti à l'islam de 29 ans, projetait alors d'acquérir de grosses quantités de nitrate, un produit pouvant entrer dans la composition d'explosifs. L'accusation leur prête un projet d'attentat à la voiture piégée qui aurait visé un bâtiment public de la police, situé près de la tour Eiffel à Paris.

Ils auraient prévu de placer une bombe artisanale dans un camion qui aurait explosé au pied de la cible.

Propagande jihadiste

Les trois hommes ont finalement été reconnus coupables d'association de malfaiteurs à visée terroriste. L'un a été condamné à six ans de prison, le deuxième à deux ans dont six mois avec sursis et le dernier à quatre ans dont un an avec sursis. Un quatrième prévenu, jugé pour des faits connexes, a écopé d'une peine de 18 mois de prison.

L'enquête avait débuté après l'interception par les forces de l'ordre d'un message diffusé sur le site de propagande jihadiste Minbar SOS, animé en Belgique par la veuve de l'un des assassins du commandant afghan Ahmad Shah Massoud. Ce message appelait à mettre une bombe dans le métro parisien.

ATS