Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef de l'Etat a beau assurer être "à leur côté", les agriculteurs français ont relancé lundi leur mobilisation en érigeant notamment des barrages en Alsace près de l'Allemagne. Ils ont été levés après la garantie d'un rendez-vous avec le ministre de l'Agriculture.

"On lève les barrages dans l'immédiat", a déclaré le président de la FDSEA du Bas-Rhin, Franck Sander, tout en précisant que les agriculteurs du département resteraient mobilisés "en attendant des résultats".

"D'ici à la fin du mois d'août, il y a des choses qui vont se passer", a-t-il dit. Il a laissé notamment entendre que des actions pourraient viser la grande distribution et "ceux qui ne jouent pas le jeu" des engagements pris auprès des pouvoirs publics.

Les agriculteurs du Bas-Rhin avaient établi depuis dimanche vers 22h00 des barrages sur six passages routiers entre la France et l'Allemagne, dont cinq ponts, visant uniquement les camions venant d'outre-Rhin et transportant des produits agroalimentaires ou des matières premières agricoles.

Millier de personnes

Ces actions visaient à dénoncer les "distorsions de concurrence" dont ils s'estiment les victimes au profit de leurs homologues étrangers, en raison de la "surenchère de normes" en France et des différences entre les coûts de la main-d'oeuvre.

Ils souhaitent évoquer ce problème lors d'un rendez-vous avec le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, dont le principe a été acté lundi après-midi avec le préfet.

Les agriculteurs ont contraint entre 300 et 400 camions étrangers à rebrousser chemin à la frontière, selon les sources syndicales. Plus d'un millier d'agriculteurs (éleveurs et cultivateurs) s'étaient mobilisés pour se relayer sur ces barrages.

D'autres opérations ont eu lieu dans l'ouest, le nord-est et dans le sud-ouest.

Soutien évoqué

Des opérations dans des supermarchés étaient prévues en Ariège lundi. A Saint-Girons, une centaine de manifestants ont investi une grande surface, confisquant 300 kilos de viande pour la distribuer à des associations caritatives, a affirmé Joël Venturin, de la FDSEA du département.

En déplacement lundi dans le Var, le président François Hollande a à nouveau promis le soutien du gouvernement. "Que les agriculteurs soient sûrs, actions ou pas actions, que nous sommes à leur côté", a-t-il lancé. Le président a estimé que certains prix devaient être relevés et que les origines des produits devaient "être bien précisées".

Lundi, la fédération allemande de l'industrie laitière MIV a adressé un courrier à la Commission européenne dénonçant certaines mesures prises en France, notamment une préférence nationale accordée au lait français.

ATS