Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La garde à vue des islamistes présumés arrêtés mercredi lors d'un coup de filet en France sera levée vendredi soir, selon une source judiciaire. Aucune charge n'a été retenue contre eux.

Quatre des dix personnes initialement interpellées avaient déjà été libérées jeudi. Seule de la documentation a été retrouvée au domicile des suspects et le parquet a estimé que les charges n'étaient pas suffisantes pour justifier des poursuites.

Ce coup de filet a été vivement contesté. Ces interpellations se fondaient sur le risque théorique que ces personnes présentaient en raison de leur profil, de leurs sympathies envers l'islam radical ou de leurs voyages dans la zone pakistano-afghane.

Arrestations fortement médiatisées

Le gouvernement a défendu le principe d'une action préventive après le meurtre de sept personnes à Toulouse et Montauban par un fanatique islamiste, Mohamed Merah.

Plusieurs candidats à l'élection présidentielle ont critiqué des arrestations fortement médiatisées, motivées selon eux par des arrière-pensées électoralistes.

Cette opération est intervenue après l'interpellation de 19 membres présumés du groupe salafiste Forsane Alizza le 30 mars. Treize d'entre eux ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs en vue de commettre un acte de terrorisme, acquisition, détention et transports d'armes".

ATS