Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le parquet de Paris a demandé aux juges d'instruction la mise en examen de Claude Guéant. Cette requête intervient dans l'enquête sur l'arbitrage dont avait bénéficié Bernard Tapie pour solder le litige sur la revente d'Adidas, selon une source judiciaire vendredi.

Claude Guéant avait été placé en garde à vue le 26 mai 2014 à la brigade financière. Mais il en était ressorti deux jours plus tard sans être déféré devant les juges.

Dans un réquisitoire supplétif, daté du 22 juin, le parquet de Paris demande aux magistrats de convoquer Claude Guéant pour un interrogatoire et de le mettre en examen du chef de "complicité (par instructions) de détournements de fonds publics commis par un particulier", a-t-on précisé. La justice cherche à savoir si Claude Guéant a favorisé l'arbitrage qui a soldé le litige entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, lorsqu'il était secrétaire général de l'Elysée, en 2008.

Six personnes ont pour l'heure été mises en examen par les juges qui soupçonnent un "simulacre d'arbitrage". Ils s'interrogent notamment sur les liens entre Bernard Tapie et l'un des ex-juges du tribunal ad hoc, Pierre Estoup.

L'arbitrage, qui avait accordé 404 millions d'euros à Bernard Tapie, a été annulé en février par la cour d'appel de Paris. L'homme d'affaires entend réclamer un peu plus d'un milliard d'euros lors d'un nouveau procès qui s'ouvrira fin septembre.

ATS