Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après trois épisodes de deux jours de grève à la SNCF, le mouvement devait reprendre ce mardi soir pour 48 heures, selon le calendrier défini par les syndicats.

Keystone/EPA/IAN LANGSDON

(sda-ats)

Les députés français ont approuvé mardi par 454 voix contre 80 le projet de réforme de la SNCF, dont les termes ont provoqué une grève des cheminots d'une longueur inédite et qui constitue un test de la détermination d'Emmanuel Macron à mener des réformes.

Le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire" passera entre les mains des sénateurs à partir du 23 mai en commission et du 29 mai en séance. Le gouvernement espère un vote définitif sur ce texte "au plus tard début juillet", précise-t-on au ministère des Transports.

D'abord divisé sur le sujet, le groupe Les Républicains (LR), constitué d'une centaine de députés, a finalement décidé de voter en faveur du texte tout en demandant au gouvernement des avancées en matière de financement de la dette de la SNCF et des garanties sur le maintien des "petites lignes" ferroviaires.

L'opposition de gauche (communistes, Nouvelle gauche, France insoumise) a voté contre le projet de loi, approuvé en revanche par le MoDem et le groupe UDI, Actifs et Indépendants.

Les discussions politiques se doublent d'une concertation avec les syndicats représentatifs de la SCNF - CGT, Unsa, Sud et CFDT - qui n'ont pas perdu l'espoir de faire reculer le gouvernement et poursuivent leur grève d'usure entamée le 3 avril. Après trois épisodes de deux jours de grève, le mouvement doit reprendre ce mardi soir pour 48 heures, selon le calendrier défini par les syndicats.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS