Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Cour d'appel de Paris a condamné jeudi les deux principales structures françaises de l'Eglise de scientologie à une amende totale de 600'000 euros pour "escroquerie en bande organisée". L'Eglise de scientologie a indiqué qu'elle allait se pourvoir en cassation.

Cette décision sans précédent judiciaire au plan international - qui concerne pour la première fois les activités de la scientologie - pourrait avoir un enjeu mondial pour la secte. Elle a une forte portée symbolique concernant ce groupement américain qui se présente comme une nouvelle religion mais qu'un rapport parlementaire français et de nombreuses organisations voient comme une secte dangereuse.

Les amendes respectives de 400'000 et 200'000 euros infligées aux deux structures parisiennes, le Celebrity Centre et sa librairie SEL, sont identiques à celles prononcées lors d'un premier procès qui s'était déroulé en 2009.

Cinq scientologues ont en outre été condamnés en appel à des peines allant de 10'000 euros d'amende à deux ans de prison avec sursis et 30'000 euros d'amende. Alain Rosenberg, considéré comme le "dirigeant de fait" de la Scientologie parisienne, figure parmi eux. La justice française reproche à ces structures et à ses cinq membres d'avoir profité de la vulnérabilité d'anciens adeptes pour leur soutirer de fortes sommes d'argent.

"Historique"

"C'est une décision historique", a déclaré devant la presse Me Olivier Morice, avocat de l'Unadfi, association de lutte contre les dérives sectaires, dont la constitution comme partie civile avait cependant été jugée irrecevable lors des audiences. "C'est la première fois en France que la scientologie est condamnée en tant que personne morale pour escroquerie en bande organisée".

"Je pense que nous sommes au début d'autres décisions marquantes contre la scientologie, qui pourraient entraîner une interdiction, voire une dissolution", a-t-il ajouté.

Pour sa part, la scientologie a dénoncé un verdict "faussé et inéquitable" et indiqué qu'elle se pourvoyait "immédiatement" en cassation, dans un communiqué.

ATS