Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La cour d'appel de Paris a condamné jeudi à trois mois de prison avec sursis et 10'000 euros d'amende Jean-Marie Le Pen pour ses propos sur l'Occupation allemande en France. L'ancien leader du Front National avait considéré que cette période de la seconde guerre mondiale n'avait pas été "particulièrement inhumaine".

Cette peine pour "contestation de crimes contre l'humanité" est une confirmation de celle qui avait été prononcée par le tribunal correctionnel de Paris en 2008. Le fondateur et président d'honneur du Front national (FN) et son avocat étaient absents à l'énoncé du délibéré.

Le 8 février 2008, le tribunal correctionnel de Paris avait reconnu M. Le Pen coupable d'"apologie de crimes de guerre" et de "contestation de crimes contre l'humanité", à la suite de propos publiés en janvier 2005 dans l'hebdomadaire d'extrême droite "Rivarol".

L'ancien leader du FN avait notamment déclaré: "En France du moins, l'Occupation allemande n'a pas été particulièrement inhumaine, même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550'000 kilomètres carrés".

ATS