Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Parti socialiste et ses alliés ont obtenu la majorité absolue à l'Assemblée nationale après le second tour des législatives françaises, selon plusieurs instituts de sondage. Ségolène Royal et Marine Le Pen ont été battues, respectivement à La Rochelle et à Hénin-Beaumont.

Le PS et ses alliés totalisent au total de 312 à 326 sièges sur 577, contre 212 à 234 pour la droite. Europe-Ecologie-les Verts (EELV) totalise de 18 à 24 sièges, le Front de gauche de 9 à 11 sièges. Le Front national (FN) fait son retour au Parlement: il obtient de 1 à 4 sièges et le Modem 1 à 2 sièges .

Le PS et ses proches alliés sont eux dispensés de l'appui au Parlement d'EELV, avec qui il a un accord de gouvernement, et surtout de la gauche radicale, dont les positions sur l'économie et l'Europe sont éloignées des leurs.

"Trahison"

La socialiste Ségolène Royal, qui était candidate à la présidence de l'Assemblée nationale, a été battue à La Rochelle, a-t-elle indiqué. Elle est devancée par le dissident Olivier Falorni. Elle a dénoncé une "trahison" et a considéré que M. Falorni avait été élu avec 75 % des suffrages de droite.

La dirigeante du Front national (FN) Marine Le Pen a été battue à Hénin-Beaumont, selon des résultats donnés par son adversaire. Elle est devancée par le candidat socialiste Philippe Kemel. Marion Maréchal-Le Pen, nièce de Marine Le Pen, serait en revanche élue et la plus jeune députée dans le prochain Parlement, selon des résultats partiels.

Enfin, l'ancien candidat du Modem à la présidentielle française, François Bayrou, et l'ancienne ministre UMP Nadine Morano ont également été battus.

Record d'abstention

L'abstention va atteindre le taux record de 44 % pour ce second tour, selon plusieurs estimations réalisées par des instituts de sondage.

La participation finale après la fermeture de tous les bureaux de vote à 20h00 serait environ de 56 %, soit quatre points de moins que la participation de 60,3 % enregistrée aux législatives de 2007, année où un record avait été établi avec 39,7% d'abstention.

ATS