Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le référendum est évoqué dans plusieurs programmes de candidats à la présidentielle française. Le président Nicolas Sarkozy a fait de la consultation des Français la première de ses 32 mesures. Marine Le Pen est quant à elle favorable à des initiatives populaires munies de 500'000 signatures.

Durant son premier mandat, le chef de l'Etat sortant n'a jamais organisé de référendum. Dans son programme, il veut "rendre la parole aux Français, en sollicitant leur avis par référendum quand ce sera nécessaire pour surmonter les blocages". Il a déjà prévu des consultations sur les obligations des chômeurs et sur le droit des étrangers.

"Le prochain référendum, c'est l'élection présidentielle", lui a répliqué en février le socialiste François Hollande. Il n'a pas fait de la consultation des Français un élément majeur de son programme.

Référendum sur le nucléaire

Le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon a lancé dans une lettre en octobre dernier un plaidoyer en faveur d'un référendum sur le nucléaire et sur chaque transfert de souveraineté. Il souhaite plus globalement un "référendum révocatoire" qu'il dit inspiré de la Suisse, du Venezuela ou de l'Equateur.

Cette mesure permet de révoquer des autorités en cours de mandat. En Suisse, elle est possible dans sept cantons. Les initiatives populaires sont elles aussi évoquées dans le programme du Front de gauche.

"République référendaire"

D'autres candidats ont déjà affirmé leur volonté d'organiser des référendums. Outre sa proposition sur l'initiative populaire, Marine Le Pen souhaite une consultation sur la peine de mort et sur le pacte budgétaire européen. Elle préconise une "République référendaire", notamment sur la "réorientation de la construction européenne".

Une réforme constitutionnelle votée en 2008 prévoit la possibilité d'initiatives populaires partagées en France. Mais la loi d'application n'a elle toujours pas été adoptée. Elle prévoit la nécessité de 4,5 millions de signatures, la double validation par le Conseil constitutionnel et un avis du Parlement.

ATS