Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le premier Conseil des ministres du quinquennat de François Hollande a adopté jeudi la réduction de 30% du salaire du président français et de ses ministres. Les 17 hommes et 17 femmes de ce premier gouvernement paritaire de la Ve République se sont réunis pendant 45 minutes.

Le salaire du président avait augmenté de 170% en 2007, passant à 21'300 euros bruts (avant impôts et cotisations sociales) après l'élection de Nicolas Sarkozy. Il sera désormais d'un peu plus de 14'910 euros bruts mensuels. Le premier ministre perçoit une rémunération identique.

Le salaire mensuel des ministres sera de 9940 euros bruts, contre 14'200 euros bruts auparavant, a annoncé la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem à l'issue du conseil.

"Charte de déontologie"

L'ensemble de l'équipe gouvernementale - le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, entouré de 17 femmes et 17 hommes - a également signé une "charte de déontologie". Cet engagement à l'exemplarité stipule que chacun doit se garder de tout conflit d'intérêt et ne peut cumuler son poste ministériel avec un mandat parlementaire ou au sein d'un exécutif local.

"Nous ne sommes pas là seulement pour gérer mais pour réformer le pays, pour vaincre les privilèges, pour améliorer la vie des Français. Et rien de tout cela ne peut attendre. Il va nous falloir nous y consacrer immédiatement", a affirmé la porte-parole.

Baptême du feu pour Hollande

A l'image de la benjamine Najat Vallaud-Belkacem, il s'agissait du baptême du feu pour la plupart des ministres: cinq seulement avaient une expérience en la matière, Laurent Fabius, Pierre Moscovici, Jean-Yves Le Drian, Michel Sapin, Marylise Lebranchu. C'était même le premier conseil dont les deux têtes, MM. Hollande et Ayrault, n'ont jamais été ministres.

Le chef d'Etat français achèvera sa première semaine à l'Elysée en partant vendredi matin pour les Etats-Unis. Il doit y passer quatre jours afin d'assister aux sommets du G8 et de l'OTAN, et rencontrer son homologue américain, Barack Obama.

ATS