Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'UMP cible les jeunes délinquants et les étrangers dans le volet régalien de son projet pour les élections présidentielle et législatives de 2012, objet mardi d'une convention à Lyon. Elle s'aligne ainsi largement sur son aile la plus sécuritaire, la "Droite populaire"

Le parti du président Nicolas Sarkozy propose de rendre dès 12 ans, avec autorisation des parents, les jeunes délinquants passibles de "travaux de réparation". Il promet un code pénal spécifique pour les mineurs, adapté aux nouvelles formes de délinquance et destiné à "lutter contre le sentiment d'impunité". Il prône la séparation des fonctions de protection et de répression du juge des mineurs.

Plus généralement, l'UMP promet 80'000 nouvelles places de prison en cinq ans, ainsi que la suppression des réductions automatiques de peine et l'interdiction des libérations conditionnelles pour les prisonniers qui n'auront pas purgé au moins les deux tiers de leur temps de détention, deux mesures proposées par la "Droite populaire".

Maîtriser l'immigration

Le parti promet une nouvelle loi de programmation de la justice pour en améliorer l'organisation et un renforcement de la présence des forces de sécurité sur le terrain, sans revenir sur les réductions d'effectifs du présent quinquennat.

En matière d'immigration, l'UMP entend "mieux maîtriser les flux migratoires". Elle propose de durcir les conditions du regroupement familial, d'augmenter le nombre de reconduites à la frontière et la capacité des centres de rétention administrative.

Le parti présidentiel prône par ailleurs une réforme de l'espace Schengen, pour mieux en contrôler les frontières. "Un Etat qui ne respecterait pas ses obligations serait sanctionné. Sa participation pourrait être suspendue."

L'UMP propose en outre de durcir les conditions d'obtention de la nationalité française. Aujourd'hui, toute personne née en France de parents étrangers acquiert automatiquement la nationalité française à sa majorité si elle vit sur le territoire français ou y a vécu pendant cinq ans depuis ses onze ans.

ATS