Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les trois plus hauts responsables de la police française ont été remplacés mercredi en conseil des ministres, a indiqué la porte-parole du gouvernement du nouveau chef de l'Etat socialiste François Hollande. Tous trois étaient des proches de l'ancien président conservateur Nicolas Sarkozy.

Il s'agit du patron de la Direction centrale du renseignement intérieur Bernard Squarcini (DCRI, services de renseignements), du chef de la Direction générale de la police nationale (DGPN) Frédéric Péchenard et du préfet de police de Paris Michel Gaudin.

Patrick Calvar, inspecteur général de la police nationale qui a fait la majeure partie de sa carrière dans le renseignement intérieur, prend la tête du contre-espionnage français.

Claude Baland, actuel préfet de la région Languedoc-Roussillon, devient patron de la police nationale, et Bernard Boucault, ex-préfet et directeur de l'Ecole nationale d'administration (ENA), devient préfet de police de Paris.

"Institution respectée"

Mardi soir lors de son premier entretien télévisé depuis son investiture le président François Hollande avait justifié ces changements, dénoncés par la droite comme une "chasse aux sorcières". "Je veux que la police soit une institution respectée" avec à sa tête "des fonctionnaires reconnus pour leur qualité et non des proches du pouvoir", avait-il ajouté.

Pendant la campagne présidentielle, M. Hollande avait tenu des propos très durs visant, sans les nommer, certains hauts responsables policiers dont M. Squarcini. Il avait évoqué "un Etat UMP" (le parti de Nicolas Sarkozy) et "un vrai système en place au niveau du ministère de l'Intérieur".

Journaliste du "Monde" espionné

M. Squarcini a été inculpé dans le cadre d'une affaire d'espionnage d'un journaliste du quotidien "Le Monde" qui travaillait sur l'affaire Bettencourt potentiellement embarrassante pour l'ancien pouvoir.

Le patron de l'UMP Jean-François Copé a déploré mercredi "l'honneur piétiné" de ces hauts responsables policiers. MM. Péchenard et Gaudin ont été nommés dans d'autres services, mais M. Squarcini n'a pas obtenu de nouvelle affectation.

ATS