Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement français a annoncé mardi avoir ordonné des enquêtes administratives sur les prothèses mammaires défectueuses de la société PIP. La sénatrice et ancienne ministre Chantal Jouanno exige même une "mission parlementaire" sur ce "scandale" planétaire.

Le ministre de la Santé Xavier Bertrand a de son côté dit avoir "demandé des enquêtes" à la Direction générale de la santé et à l'agence de sécurité sanitaire (Afssaps). Ces investigations doivent déterminer si des défaillances dans les systèmes de contrôle ont permis à la société PIP de commercialiser les prothèses mammaires à l'origine d'une alerte mondiale.

"Aujourd'hui, les éléments nous laissent penser que ces gels (utilisés pour les implants mammaires PIP, ndlr) étaient vraiment frelatés", a-t-il déclaré. "Comment dans ce cas les contrôles ne l'ont pas déterminé, c'est cela qui m'intéresse", a-t-il ajouté.

Le responsable interrogé

Quant au président de la société PIP, au centre de l'affaire des implants mammaires défectueux, il a été interrogé par l'autorité de contrôle à propos de la composition de ses prothèses, a ajouté Xavier Bertrand.

Jean-Claude Mas a été auditionné ces derniers jours par l'Afssaps, alors que les informations se multiplient sur l'utilisation par Poly Implant Prothèse (PIP) d'un gel de silicone industriel. "Il est évident qu'il devra répondre de ces actes", a insisté Xavier Bertrand sur France 2.

De son côté, la sénatrice Chantal Jouanno a demandé la création "dans les plus brefs délais" d'une "mission d'information parlementaire" pour faire la lumière sur le "scandale des prothèses mammaires PIP". "Des risques de rupture de ces prothèses et des risques inflammatoires ont été établis", souligne-t-elle encore.

ATS