Navigation

France: perquisitions chez Michèle Alliot-Marie et son père

Ce contenu a été publié le 18 mars 2014 - 15:00
(Keystone-ATS)

La justice française a mené des perquisitions mardi aux domiciles de l'ex-ministre UMP des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie et de son père, notamment dans le cadre d'une enquête pour abus de confiance. La mairie et l'office du tourisme de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) ont aussi été visés.

Le parquet de Nanterre a ouvert le 13 juin une information judiciaire pour abus de confiance suite à un signalement de la cellule de renseignement financier (Tracfin) du ministère de l'Economie, datant de décembre 2012, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du "Monde".

Les juges enquêtent sur des mouvements de fonds suspects à destination d'un hôtel de luxe et du père de l'ancienne ministre, Bernard Marie, ex-maire de Biarritz, poursuit-elle.

Les enquêteurs soupçonnent Michèle Alliot-Marie d'avoir été l'une des bénéficiaires de ces fonds via un hôtel de luxe de la localité basque, écrit "Le Monde". Selon le quotidien, "plusieurs associations de Saint-Jean-de-Luz, sur la côte basque, auraient été lésées."

Somme de 200'000 euros

L'hôtel en question est dirigé par Bernard Marie et Michèle Alliot-Marie en détient des parts, indique une source judiciaire. Les sommes suspectes s'élèveraient à 200'000 euros, selon "Le Monde" "C'est de cet ordre-là", confirme cette source, sans donner plus de détails.

L'ouverture d'une information judiciaire avait été révélée en octobre 2013 par "Le Parisien". Michèle Alliot-Marie avait alors dit n'avoir connaissance "d'absolument rien", rappelle "Le Monde". Michèle Alliot-Marie n'a pu être jointe dans l'immédiat.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?