Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le premier ministre français François Fillon a annoncé lundi un nouveau plan de rigueur de 7 milliards d'euros pour éviter une "faillite" de la France. Vivement critiqué à gauche, ce plan prévoit notamment une accélération de la réforme des retraites et un énième coup de rabot sur les niches fiscales.

Le Premier ministre François Fillon a ainsi annoncé que la France devrait "économiser 65 milliards d'euros d'ici 2016", lors de la présentation de son nouveau plan de rigueur suivant trois principes, selon M. Fillon: une programmation sur trois années, "ne pas casser les moteurs de la reprise économique" et un dispositif qui fera porter "l'essentiel" de l'effort sur les plus aisés.

"Il est impensable de le faire en augmentant exclusivement les impôts comme le suggère l'opposition. Cela reviendrait à tripler l'impôt sur le revenu ou à doubler la TVA. Il n'y a donc pas d'autre solution pour réduire l'endettement que de réduire les dépenses et d'ajuster la fiscalité de façon ciblée", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.

M. Fillon a notamment annoncé que le nouveau plan de rigueur comprendrait une majoration de 5% de l'impôt sur les grandes sociétés, une hausse de la TVA sur de nombreux produits et services, et une anticipation de la réforme des retraites.

Retraite à 62 ans en 2017

L'application du passage de l'âge légal de départ en retraite à 62 ans est en effet avancée d'un an, à 2017. Ce qui doit permettre de diminuer de 4,4 milliards d'euros les déficits des caisses de retraites entre 2012 et 2016.

"Nous proposons d'avancer d'un an le passage de l'âge légal à 62 ans, en fixant la cible à 2017 au lieu de 2018", a expliqué le Premier ministre, précisant que cette mesure allait "se traduire par quelques mois d'activité supplémentaire pour les générations nées entre 1952 et 1956".

"Cette accélération va conforter la réforme de 2010 et permettra de diminuer de plus de 4,4 milliards d'euros les déficits cumulés des régimes de retraite entre 2012 et 2016", a précisé M. Fillon.

ATS