Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il reste aujourd'hui environ 450'000 éléphants sur le continent africain. On estime à plus de 35'000 le nombre de ces animaux tués chaque année (archives).

Keystone/AP/KAREL PRINSLOO

(sda-ats)

Les douanes françaises ont annoncé mercredi avoir saisi plus de 350 kilos de défenses d'éléphants en moins d'une semaine dans deux affaires de trafic différentes. C'est la prise la plus importante depuis dix ans dans le pays.

La douane a d'abord saisi 212 kilos d'ivoire dans une entreprise de la région parisienne le 25 mai. L'affaire avait débuté en septembre 2015 lors d'un contrôle routier à Poitiers quand des douaniers avaient découvert quatre défenses brutes d'éléphants d'Afrique dans une voiture.

L'enquête a permis de remonter à la tête d'un réseau, un chef d'entreprise franco-vietnamien installé en région parisienne, qui utilisait son activité de vente d'antiquités pour organiser le trafic de l'ivoire.

3e forme de trafic le plus rentable

Le 1er juin, les douaniers de l'aéroport parisien de Roissy ont pour leur part intercepté un homme en provenance d'Angola qui se rendait au Vietnam et transportait 26 défenses d'éléphants, soit 142 kilos, dissimulés dans six bagages de soute.

Le commerce illégal d'ivoire est la troisième forme de trafic le plus rentable après le trafic de stupéfiants et d'armes. Il est alimenté par la demande en Asie et au Moyen-Orient, où les défenses d'éléphants sont utilisées dans la médecine traditionnelle et en ornementation. Il peut être revendu jusqu'à 7000 euros le kilo.

Il reste aujourd'hui environ 450'000 éléphants sur le continent africain. On estime à plus de 35'000 le nombre de ces animaux tués chaque année.

ATS