Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ikea France a annoncé vendredi le limogeage de quatre cadres à la suite d'une enquête pénale pour espionnage. Ils sont suspectés d'avoir mis sur pied un système de surveillance et d'enquêtes privées illégales sur les employés et certains clients en litige avec la société.

Les personnes chassées du groupe sont un ancien directeur général, une ancienne directrice des ressources humaines, un ancien directeur financier et l'actuel directeur de gestion du risque, précise le texte d'Ikea.

Le groupe d'origine suédoise spécialisé dans le mobilier en kit, avait admis en avril des pratiques "contraires à son éthique". Il a dit avoir mis en place un nouveau code de conduite prohibant de telles méthodes. Mais l'affaire le menace toujours, le dossier ayant été confié à un juge d'instruction.

Enquêteurs privés

Les faits présumés ont été révélés par "Le Canard enchaîné" puis plusieurs médias, qui ont publié des échanges par courrier électronique entre des cadres d'Ikea et des enquêteurs privés semblant montrer que l'espionnage privé d'employés et de clients était routinier depuis des années.

Il est question notamment de l'accès au fichier de police Stic, qui recense toutes les personnes impliquées dans des interventions de police, même sans suites judiciaires ou comme simples témoins. Il contient plusieurs millions de fiches.

ATS