Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Désormais officiellement candidat à un second mandat, le président Nicolas Sarkozy s'est rendu jeudi à Annecy, en province. Il s'agit de la première étape de son entreprise de reconquête des Français sceptiques, qui lui préfèrent pour l'instant largement son adversaire François Hollande.

Cela faisait des mois que le socialiste, investi par son parti en octobre, et le président conservateur, en campagne sans le dire depuis des semaines, s'affrontaient. Mais la déclaration officielle de candidature du chef de l'Etat mercredi soir a lancé formellement la course à la présidentielle des 22 avril et 6 mai.

Dès sa première sortie de campagne, Nicolas Sarkozy s'est jeté dans un long bain de foule dans les rues du centre d'Annecy, ville bourgeoise au pied des Alpes, dans le département de Haute-Savoie non loin de Genève. "Je suis heureux d'être là, soulagé", répond le prétendant aux interpellations de la presse.

Une chocolaterie, un traiteur, une poissonnerie ou une librairie, le président et son tumultueux cortège ont fait étape chez les commerçants, dûment sélectionnés. Bardé de son slogan "La France forte", le candidat s'est ensuite exprimé devant ses partisans lors d'un tour de chauffe en fin d'après-midi avant le premier grand meeting dimanche à Marseille.

TVA sociale adoptée

Près de 11 millions de Français ont suivi son intervention télévisée mercredi au cours de laquelle il a mis fin au faux suspense en lançant, de manière assez peu convaincante, selon la majorité de la presse, "Oui, je suis candidat à la présidence de la République".

Alors qu'il avait souhaité rester dans la posture de président courage jusqu'au bout, Nicolas Sarkozy a finalement choisi de se lancer plus tôt que prévu dans l'arène, pressé par son camp inquiet de son retard dans les sondages.

L'Assemblée nationale française a par ailleurs adopté mercredi soir sans couac la TVA sociale, après une dure bataille menée par le PS contre cette mesure emblématique pour Nicolas Sarkozy. Mais la TVA n'entrera pas en application si François Hollande est élu.

ATS