Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair ont annoncé mardi des plaintes contre un conseiller du président Nicolas Sarkozy et des médias. Ils leur reprochent leur couverture "outrancière" d'une affaire de proxénétisme dans laquelle l'ex-patron du FMI est cité.

Les avocats de DSK visent dans un communiqué "L'Express","Le Figaro", "Le Nouvel Observateur", "Paris Match" et "VSD" après "l'avalanche d'articles de presse, s'exonérant de tout objectif d'information légitime du public". Une plainte sera également déposée contre Henri Guaino, conseiller spécial du président et proche de Nicolas Sarkozy.

M. Guaino avait estimé que l'affaire DSK n'était "pas un problème de vie privée". "On est à la charnière entre vie privée et délinquance", avait-il déclaré sur une chaîne de télévision.

Parties fines

Le nom de l'ancien patron du FMI est cité dans une affaire de proxénétisme dans le nord de la France. Il a répété vouloir être entendu par les juges, dénonçant un "lynchage médiatique" dont il serait la cible.

Cette affaire mêle des policiers et des responsables d'entreprises qui auraient organisé des parties fines avec des prostituées.

Elle s'ajoute aux déboires de Dominique Strauss-Kahn, ancien favori de l'élection présidentielle, qui a été accusé de tentative de viol par deux femmes, en France et aux Etats-Unis.

Les charges pénales contre lui ont été finalement abandonnées, mais le parquet de Paris a reconnu des faits d'agression sexuelle, prescrits, car remontant à 2003. Le Français doit aussi faire face à une procédure civile qui se poursuit aux Etats-Unis.

ATS