Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 600 personnes auraient été les victimes d'un courtier en assurances de Toulon. L'homme est soupçonné d'avoir détourné 38 millions d'euros (46 millions de francs) en promettant des rendements mirifiques mais illusoires, a annoncé jeudi le procureur de Marseille.

Agé de 45 ans, l'homme a été présenté pour une probable mise en examen devant une juge en charge de l'instruction judiciaire ouverte jeudi pour abus de confiance aggravé, abus de biens sociaux, escroqueries et blanchiment en bande organisée. Ces faits sont passibles d'une peine maximale de dix ans d'emprisonnement et d'un million d'euros d'amende.

Deux autres personnes, une directrice d'agence et un deuxième courtier présentés comme les "associés historiques", devaient également être mis en examen pour les mêmes chefs. Le parquet a réclamé le placement en détention pour le cerveau présumé et un contrôle judiciaire pour ses complices.

Ce gérant de deux sociétés de courtage en assurance basées à Toulon, qui comptait aussi quatre agences dans le département du Var et une dans les Alpes-Maritimes, promettait à ses clients des placements avec des rendements compris entre 15 et 20%.

"Petit Madoff"

La collecte de fonds se faisait essentiellement par le bouche à oreille, précise-t-on de source proche du dossier.

Le courtier ne prenait même pas la peine de placer les fonds recueillis. Il s'attachait à envoyer des relevés fictifs à ses victimes pour préserver les apparences d'un "système de cavalerie" qui consistait à rembourser les clients mécontents avec l'argent des autres.

Marié et père de deux enfants, ce dernier a reconnu les faits, mais il conteste toujours un enrichissement personnel. Près de 4,6 millions d'euros ont toutefois été retrouvés sur les comptes bancaires des sociétés.

Les enquêteurs ont donné le surnom de "petit Madoff" au courtier, en référence à l'homme d'affaire américain condamné en 2009 à 150 ans de prison pour une vaste escroquerie portant sur plusieurs dizaines de milliards de dollars.

ATS