Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un enfant de six ans a été tué dimanche lorsqu'un plancher s'est effondré dans un bâtiment servant de lieu de culte évangélique près de Paris, a annoncé la préfecture de Seine Saint-Denis. Plus d'une trentaine de personnes ont été blessées, dont deux grièvement.

Le pronostic vital est engagé pour un enfant de deux ans, transporté à l'hôpital Necker à Paris, et une femme de 42 ans, a déclaré le préfet du département Christian Lambert, qui a évoqué une "urgence relative pour 32 autres personnes" blessées dans leur chute survenue pendant un office de Pâques, vers 14H30.

Quelque 150 pompiers et sauveteurs ont été dépêchés sur place, à la limite entre les communes de Stains et Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Forte affluence

Entre 100 et 150 personnes s'étaient réunies en famille dans ce local, fréquenté notamment par la communauté haïtienne. "J'ai entendu un cri, je me suis retourné et j'ai vu de la poussière, j'ai vu que le plancher s'était effondré, c'est affreux", a raconté un homme présent qui ne veut pas donner son nom et se présente comme Frère Patrick.

"C'est un bâtiment neuf, rez-de-chaussée plus un (étage), bien entretenu", a précisé le préfet. "C'est à l'enquête de déterminer s'il y eu surcharge ou trop de mouvement".

Deux personnes en garde à vue

Une source proche de l'enquête précise que la structure a pu être fragilisée par les danses très rythmées qui accompagnent d'ordinaire ces offices.

Le bilan aurait pu être encore plus lourd: "Il n'y avait personne en dessous", souligne Christian Lambert qui a prévenu que ses services allaient examiner "de près le problème de la sécurité de cette salle". L'enquête est pour l'heure menée par le commissariat local.

Une enquête a été ouverte pour "homicides involontaires et blessures involontaires aggravés" et deux personnes, le pasteur de la communauté ainsi que le propriétaire du bâtiment, ont été placées en garde à vue dans la soirée, a-t-on appris de source judiciaire.

ATS