Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien ministre UMP Eric Woerth a été de nouveau mis en examen jeudi dans l'enquête sur l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt. Il est inculpé cette fois pour le recel de 150'000 euros, qui auraient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Eric Woerth, 57 ans, avait déjà été mis en examen mercredi pour "trafic d'influence passif" au terme d'une première audition-fleuve d'une douzaine d'heures devant les juges bordelais. Il a encore été entendu jeudi pendant neuf heures.

Les nouvelles poursuites, annoncées par le parquet et son avocat, portent sur un versement supposé de 150'000 euros (182'000 francs) en espèces par Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.

Financer la campagne

Selon des dépositions de Claire Thibout, ex-comptable de Liliane Bettencourt, l'argent aurait été destiné, aux dires de Patrice de Maistre, à financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, dont Eric Woerth était le trésorier.

En sortant de l'audition, un peu plus d'une heure auparavant, l'avocat de M. Woerth, Me Jean-Yves Le Borgne, avait tenu à la presse des propos qui avaient laissé penser aux journalistes présents qu'il n'y avait pas eu de nouvelle mise en examen jeudi.

Cette remise d'espèces, si elle a existé, est une infraction, puisque les dons en liquide sont limités, concernant un parti, à 7600 euros et 4600 euros pour un candidat. Les juges de Bordeaux qui conduisent l'affaire ont déjà saisi les comptes officiels de la campagne Sarkozy en 2007.

ATS